Copyright 2020 -

Aspirine ou pas? voici la réponse

Dernièrement, lors du cours sur les accident du N3, nous avons été alerté par Hélène STREIT ( médecin fédéral) de la décision de la commission médicale et prévention médicale (CMPN) de ne plus recommander l'administration d'aspirine lors d'un accident ou une suspicion d'un accident de décompression (ADD).

Après quelques recherche il apparaît que cette décision, prise en janvier 2020 à été validé lors de la dernière réunion du comité directeur national en février (PV à venir). Les raisons sont les suivantes :
L’accident de désaturation est lié à un problème de bulles mal éliminées par l’organisme. Ce problème de bulles initie des réactions de l’organisme, que l’on peut regrouper sous le terme de « maladie de décompression » : activation et agrégation plaquettaire, réactions inflammatoires et immunitaire (activation notamment des globules blancs, les cellules de défense de l’organisme) , augmentation de la perméabilité des capillaires sanguins …
Ainsi, à côté de la recompression thérapeutique (en caisson hyperbare !) et de la réhydratation, ont été proposés certains médicaments, dont l’aspirine. Etant anti agrégant plaquettaire, l’idée est de lutter précocement contre la maladie de décompression. C’est une recommandation de type C dans le traitement de l’accident de désaturation (conférence de consensus de 1996 … il n’y a pas eu d’autres recommandations depuis !), c’est à dire qu’elle est optionnelle et repose sur un niveau de preuve scientifique faible.
La CMPN a recommandé au CDN le retrait de l’aspirine des référentiels de secourisme fédéraux. En effet, les secouristes auront à faire face à différents types d’accidents de plongée, dont l’accident de désaturation, mais pas que … (par exemple, le plongeur peut présenter un œdème pulmonaire)! Administré à mauvais escient, l’aspirine peut avoir des effets indésirables non négligeables, voire peut aggraver la situation du plongeur, notamment s’il ne présente pas d’ADD ! Il vaut mieux donc que l’aspirine soit administré comme tout médicament : après évaluation médicale appropriée qui aura établi un diagnostic et l’absence de contre-indication à la prise de ce médicament. Un article sur le sujet est en préparation pour la revue fédérale …

En conséquence, et dans l'attente de la modification des cadres de formation fédéraux notamment le RIFAP, je vous demande de modifier la procédure de prise en charge comme suit :
- retirer toute mention d'administration ou proposition d'administration de l'aspirine lors de la prise en charge d'accident de décompression ; Dans le cadre de la sécurisation de vos futures plongées je vous demande : - de retirer de vos sac premiers secours l'aspirine que vous déteniez éventuellement ; - en cas d'accident de décompression ou suspicion de ne plus proposer d'aspirine à la victime.

Je reviendrai vers vous dès que j'aurais des éléments nouveaux et notamment en ce qui concerne la modification de nos cadres de formation. Je resterai bien évidement à la disposition de nos responsables, formateurs, et licenciés afin de répondre à leur éventuels questions en lien avec nos médecins fédéraux. Je sollicite votre bienveillance en vue d'assurer la diffusion plus large au sein de vos clubs.

Julien LAFFINEUR responsable technique CODEP FFESSM 90

Module de Recherche